Médaillon en or byzantin sertissant un camée en lapis-lazuli du 11ème siècle
1 / 11
zoom_in

Médaillon en or byzantin sertissant un camée en lapis-lazuli du 11ème siècle

Prix sur demande

Contact Information

A propos de

Médaillon en or sertissant un camée en lapis-lazuli de très grande qualité sculpté de la vierge orante nimbée et couronnée, représentée en buste, les mains levées avec les paumes tournées vers l'extérieur. De chaque côté de la tête de la vierge sont inscrites les quatre lettres, à droite « MP » et à gauche « OY », contraction de « Meter Theou », mère de dieu ; nom qui désigne toujours Marie depuis le concile d'Ephèse, en 431.

Le médaillon octogonal est orné de quatre cabochons de lapis-lazuli aux quatre points cardinaux et de motifs d'arcatures ponctuées de boules d'or sur le bord intérieur et extérieur formant ainsi un motif ajouré. Au dos du médaillon, figure une croix réalisée au fil d'or et un disque de lapis-lazuli en son centre.

La chaîne d'or est constituée de maillons cruciformes.

L'utilisation de fils d’or, technique rare dans l’art byzantin et la somptuosité de cet objet invite à y reconnaître la production d’un atelier impérial.

Orant (latin signifiant littéralement « prier ») est le nom donné à une posture de prière des premiers chrétiens : généralement le corps est droit et frontal, et les mains ouvertes sont levées à hauteur d'épaule de chaque côté. Cette composition était utilisée pour représenter la piété sur de nombreux sarcophages païens et chrétiens du IIIe siècle et a été adoptée sur de nombreuses figures de catacombes, tant des propriétaires de tombes que des figures de l'Ancien Testament.

Bien que rare après le VIIIe siècle, lorsque la prière était représentée par le profil incliné, la posture a été conservée dans tout l'art byzantin sous les formes connues sous le nom de Blachernitissa et Platytera. Le type iconographique de la Vierge que l'on voit ici - avec les mains levées et les paumes tournées vers l'extérieur devant la poitrine - est une version légèrement différente des orants de la Vierge plus courants, habituellement représentés avec les bras levés de chaque côté du corps . Cette variante s'est également répandue aux XIe et XIIe siècles, où elle a été utilisée pour les sceaux de plomb, les peintures murales et la sculpture du camée, un médium très proche.

Au Victoria and Albert Museum de Londres est exposé un disque en serpentine (numéro de musée : A.1:1, 2-1927) dont la représentation de la Vierge est identique à notre camée et qui a pu être étroitement associée à l'empereur byzantin Nicéphore III Botaniatès qui régna de 1078 à 1081.

Ce bijou est surement sorti d'un atelier impérial à l'époque du règne de l'empereur byzantin Nicéphore III Botaniatès.

Médaillon en or byzantin sertissant un camée en lapis-lazuli du 11ème siècle
© 2020 - Luxvic

Caractéristiques

  • Epoque : 11ème siècle
  • Dimensions : 5.5 x 8.4 mm (Largeur x Hauteur)
  • Poids en grammes : 88.1 g

Provenance

Collection du comte Xavier Martin du Puytison(1915-1998), commissaire maritime et dirigeant de la Banque de Syrie et du Liban.

Muséographie

Victoria and Albert Museum de Londres, disque en serpentine, numéro de musée : A.1:1, 2-1927.
Musée du Louvre-Lens, le Christ bénissant et la Vierge en prière, Saisie révolutionnaire, provenant du trésor de l’abbaye de Saint-Denis, 1793, MR 95.

Vous aimerez aussi